Des usages toujours pour les autres, toujours trop tôt ou trop tard ?

14 Nov

D’abord, tordre le cou à quelques idées reçues :

« L’utilisation d’Internet, les jeunes font ça comme ils respirent »

-Déjà ne pas oublier qu’Internet ce n’est PAS QUE le web ou que l’ordinateur ce n’est PAS QU’Internet, ou encore que le numérique ce n’est PAS  QU’ Internet ou le web…

-La notion de « digital natives » (traduction : nés avec le numérique, – le  digital anglais n’ayant rien à voir avec nos doigts) concerne déjà  aujourd’hui  et aussi des personnes plus très loin de la quarantaine ;

– A l’heure des incertitudes économico sociales que nous traversons, les jeunes apprécient des valeurs et des repères stables et rassurants portés par leurs ainés. Ils ne sont pas moins nombreux qu’eux à être attachés à «  l’odeur  du papier » des bons vieux livres, à cuisiner des plats de A à Z, ou encore à jouer avec un stylo quand ils mènent des réunions pour se donner une contenance (versus, « je tiens la plume donc  le manche »..) etc… Oh que non, de rupture entre générations point il y a…

– Pour compter parmi la seule génération au monde ayant vu  la plus grande succession de progrès techniques apparaître dans le plus court laps de temps -de la  démocratisation du téléphone  et de la voiture à celle du tout numérique en passant par l’invention de la tv,  de l’electroménager  ou de l’aviation touristique-  mais aussi au plan des moeurs –  les vieux actuels sont dotés de la plus grande capacité d’adaptation qui soit. Ils sont même encore capables d’identifier l’éventuel gaspillage que représente le fait de troquer un téléphone portable qui marche bien avec le nouveau dernier cri -qu’on- a pas- demandé- mais qu’il faut prendre contre un forfait de FAI plus intéressant,( mais ça c’est parce que eux-mêmes ou leurs parents ont eu à gérer la vraie pénurie des années guerre)….En ce sens les possibles qui se font jour sur le presque tout dématérialisé a de quoi les séduire, versant économie d’énergie, et allègement des contigences matérielles qui ont dévoré une grande part de leur vie…

Pour toutes ces raisons et bien d’autres, il y a lieu de prendre conscience que l’argument « ça c’est ou ce sera pour la génération Y » – ou autres  appellations,  par certains et  face à de ces nouveaux usages n’est que de la poudre aux yeux, destinée à retarder tout développement pour des enjeux financiers ou de pouvoir, ou bien alors, représente une pseudo-empathie bien mal réfléchie sur ce que sont ou ne sont pas les compétences de nos concitoyens, tout âge et catégories sociales confondues.

J’en donnerai ici deux exemples illustratifs :

Dans Ma Mairie en 3D je reçois (aussi) des visiteurs dont l’âge est aux deux extrêmes  de la courbe des générations. Je ne citerai que ces deux réactions :

Un « papi » de 80 ans : « je suis fâché avec les sites web, c’est stressant de chercher, de comprendre la navigation, de ne parler à personne… Ici je me reconnais, il y a des salles, je peux me déplacer et découvrir ce qui m’intéresse sans que du texte me guide sans cesse ou me demande ce que je cherche, je vois d’autres pékins comme moi là  et à qui je peux m’adresser si j’ai envie… »

Un enfant de 4 ans : (à qui la maman a passé la souris et donc son avatar,  et à qui il dit : ) « je vais me baigner dans la piscine » (et il le fait) …Renseignements pris, l’enfant ne joue pas encore à des jeux sur Internet à la maison ni n’utilise l’ordinateur en classe. Pourtant il a déjà trouvé comment son avatar peut faire « plouf » et il nage!

Alors quand j’entends les conseillers, les « community managers » et autres relais censés développer les nouveaux usages ou innover quant aux outils à mettre à disposition  nous dire : « les plateformes 3D immersives c’est trop compliqué, les gens ne sont pas compétents, ils ne sont pas tous éduqués, il faut attendre la génération Y…. »  j’éclate de rire en repensant à mon bout de chou qui ne sait pas encore lire et  écrire ou à mon papi qui attend de la compagnie…

Allez, je retourne à ma réalisation de nouveaux prototypes.

Au fait, j’ai oublié de vous présenter celui de  Ma Maison Géante en 3D, coeur d’un récit augmenté à destination des enfants, amenés à explorer à plusieurs les pièges d’une maison si grande qu’ils n’en voient que les rongeurs attardés sous l’escalier… Pour la visiter, c’est sur l’ile Metalectures du chercheur en prospective du livre et de la lecture : Lorenzo Soccavo. (voir indications de connexion ici sur la page VISITER LE PROTOTYPE DE MA MAIRIE EN 3D, et se téléporter sur Metalectures, puis dans la salle 1, et approchez vous du livre géant couché au fond à droite…..)

Mesdames Messieurs les Auteurs, les Editeurs, et autres acteurs du livre et de l’édition, n’hésitez pas à venir évaluer ce modeste exemple uniquement destiné à émoustiller votre créativité en matière de nouveaux dispositifs de récit et de lecture. Tout comme pour Ma Mairie en 3D,  notre équipe peut modéliser un contenu conforme à vos idées et réaliser une plateforme propriétaire et désormais accessible sur tablette. Ce n’est ni trop tôt ni trop tard, c’est maintenant!

Jenny Bihouise/Aka Cheops Forlife7 dans Francogrid.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s